La Poussette Cassée

Tome 1 Le Mal a un Visage

 

C'est au Maroc que Djibril et Katherine se disent oui, pour le meilleur et surtout pour le pire.

De retour en France, Djibril montre sa vraie personnalité. Pervers, menteur, jaloux, possessif et violent, il attend de sa femme obéissance et soumission.

Mais Katherine n'est pas prête à se laisser faire. Afin de récupérer sa dignité, elle doit se battre pour que sa fille et elle sortent enfin de cet enfer.

résumé approfondi:

Résumé approfondi du livre.

 

J'ai rencontré un homme d'origine marocaine en France. Nous sommes partis nous marier au Maroc. J'y suis restée 11 mois. Djibril était déjà jaloux, mais c'est de retour en France qu'il est devenu violent. Il sortait souvent seul, il ne supportait aucune contrariété. Je n'avais pas le droit de travailler, ni de sortir seule.

 

Combien de fois me suis-je retrouvée à terre. Les coups , au fil du temps on ne les sent plus. On ferme les yeux, on sort de son corps en attendant que ça passe.

J'étais enfermée à clé et je n'avais pas de téléphone, il partait avec.

Très souvent il me tirait les cheveux et me crachait au visage. Son insulte préférée était " sale chienne de Française".

C'est le jour où il s'en ai pris à notre fille de 2 ans et demi que j'ai décidé de partir définitivement. Il l'avait attrapé par les cheveux et lui avait craché au visage. 

Le lendemain, ma mère est venue nous chercher ma fille et moi, et nous ne sommes plus jamais revenues. 

J'ai mis beaucoup de temps à comprendre que tout ça n'était pas de ma faute, qu'il ne changerai jamais et que la seule façon de nous sauver et d'offrir à ma fille une vie

" normale" et équilibrée c'était de partir.

 

Nous avons été menacées et harcelées, pendant encore 4 années par Djibril.

 

 

 

Le tome 2 parler du harcèlement, des menaces et pire encore... que nous avons subi jusqu'en 2002. 

 

Toute la bataille judiciaire, la douleur de na pas avoir été entendues, avoir dû se mettre dans l'illégalité pour protéger ma fille.

Pourtant la justice, la police, etc...Tout le monde était prévenu. Mais il a fallu presque le pire pour qu'enfin, on retire les droits de visite à Mr Amadi et que la justice instaure des droits de visite en milieux surveillés.

 Jamais Mr Amadi n'a exprimé le moindre regret, la moindre excuse.

 

 Aujourd'hui, nous habitons toujours la même région, et 20 ans après le simple fait de l'apercevoir même de loin, me fait froid dans tout le corps. J'ai écris ce roman-témoignage pour exorciser tout ce mal, mais aussi pour redonner espoir à d'autres femmes dans mon cas, on peut s'en sortir et refaire sa vie. Même si on oublie jamais.